samedi 20 octobre 2018

Satellite: Parabole bande C - Modifications - 2

Une première modification du système de positionnement par l'ajout d'un bras a permis de confirmer un bien meilleur comportement au vent. Ce bras est constitué d'un simple plat en fer fixé d'un coté sur la fixation de la parabole et de l'autre sur un axe rapporté sur le coté du positionneur.


Les derniers beaux jours d'automne ont été l'occasion de renforcer cette fixation en la remplaçant par un bras plus solide constitué d'un plat à ailes en acier et d'un vrai pivot en nylon. Cette nouvelle fixation est légèrement plus rigide que la précédente.


dimanche 14 octobre 2018

RS560 - Synthétiseur PS-511

Le salon Hamexpo de ce samedi au Mans m'a permis de trouver un équipement que je recherchais depuis quelques temps, le tiroir synthétiseur PS511 conçu pour se connecter sur l'une des versions du récepteur RS560. Je n'ai hélas guère d'informations sur cette configuration hors les quelques éléments présents dans les documentations techniques.

Ce tiroir permet de sélectionner la partie basse de la fréquence de réception avec une résolution descendant à la diziane de Hertz.
Il est très comparable dans sa conception au tiroir  du système RS562 (aka RRBM5) conçu pour la Marine Nationale lequel toutefois n'offre qu'une résolution à la centaine de Hertz.


Le raccordement au RS560 s'effectue par le biais d'un ensemble de fiches BNC, le récepteur devant probablement être configuré pour invalider la section VFO interne.

Le tiroir du RS562 utilise quant à lui un connecteur Cannon disposant d'inserts coaxiaux ce qui simplifie grandement le raccordement.


Le tiroir apparaît être en bon état mais devra l'objet d'un vérification de fonctionnement dès que la liste des travaux en cours se libérera.

mercredi 10 octobre 2018

Tests: Courbes des BF961, BF981, BF982 et 40673

La remise en état du goniomètre PLATH 5000 m'a conduit à m'intéresser aux FET double porte susceptibles de remplacer le 40673 utilisé dans tous les étages de cet équipement. Je n'ai hélas aucun 40673 dont je puisse être sûr qu'il provienne d'un stock RCA NOS et qui puisse me servir de référence.

La dispersion entre les deux exemplaires extraits du PLATH est importante mais pas anormale au regard des spécifications d'origine. Les conditions de test sont les mêmes pour tous les transistors et sont très proches de celles indiquées dans les databooks.

A savoir:
VDS0 à 18V
VG1s 0 à   2V
VG2s 4V fixe

Le réglage du traceur de courbe Tek577 est le suivant:
Horizontal 2V/div
Vertical              2mA/div
VG10.5V/step

Les courbes obtenues sont les suivantes:

Ref.Man.SourceCourbe
140673RCAEquipment
240673RCAEquipment
3BF961TFKHoeffler
4BF961TFKStock
5KF982TESLAElementC13
6BF982PH88Stock
7BF982PH88RadioElec
8BF982PH82Stock

samedi 6 octobre 2018

Creed: Morse Perforator 9W - Lyon 1932

Le visionnage des photographies de la Creed 9W a permis d'identifier un marquage sur la bobine de papier, marquage que je n'avais pas vu.


On  peut y lire assez distinctement le nom de la ville de Lyon et l'année de 1932. La première ligne est hélas difficilement lisible: "F CEOZE.." ou "F GEOZE.."  La bobine date donc des années 30 mais cela permet-il d'en déduire que la machine date aussi de cette période voire d'avant ?

jeudi 4 octobre 2018

Creed: Morse Perforator 9W fonctionnel

La perforatrice Morse Creed 9W est entièrement restaurée. Cela aura nécessité bien plus de temps que prévu avec le démontage complet du moteur mais aussi de la tête de perforation et le rodage de quelques aiguilles à la pâte à roder.


Certaines des aiguilles assurant la perforation des trous d'entraînement - aiguilles en permanence sollicitées - présentaient en effet une légère usure sur une petite portée. Le rodage a permis d'adoucir un effet de marche d'escalier sur la partie haute de la portée. Le guidage de ces aiguilles est tel que cela ne modifiera pas le fonctionnement.


Le moteur a été entièrement démonté pour un bon dépoussiérage et son isolation vérifiée. Le condensateur déphasage de 10µF/250V a été conservé en l'état, un condensateur récent ayant été installé a coté. 


Toutes les touches ont été nettoyées une à une en prenant soin de pas trop toucher aux cabochons. Il semblerait que les lettres soient découpées dans un film photographique et puis posées sur un fond blanc. L'ensemble est protégé par un opercule transparent.


Toute la mécanique a été soigneusement dégraissée puis huilée aux points marqués par des trous de graissage. Les blocs mécaniques sont maintenus en position par des goupilles. Le démontage de la tête de perforation nécessite de désaccoupler le bloc et ses deux goupilles, de désaccoupler les barres de sélection d'avancement du bloc d'avancement, de reculer celui au maximum pour dégager les griffes d'entraînement et enfin d'extraire le bloc en forçant légèrement sur la plaque de guidage et de rappel des aiguilles, plaque enchâssé dans un bloc solidaire du châssis. Une manœuvre délicate...


Au remontage, le réglage du recul des aiguilles s'effectuera par déplacement d'avant en arrière le châssis mécanique en fonte aluminium sur le châssis support (2 vis). J'ai vérifié que toutes les aiguilles étaient bien dégagées du couloir de guidage du papier à l'aide d'une bande d'acier de la taille et de l'épaisseur de la bande papier. Les cannettes de boisson récentes fournissent un acier très fin parfait pour cet usage.

Le fonctionnement de cette machine est assez remarquable: la sélection des aiguilles actives s'effectue par le biais d'un ensemble de réglettes dont la position relative est verrouillée par une barre transversale abaissée par la touche sélectionnée. Cette même barre sélectionne une autre série de réglettes dont le rôle sera définir la course du sélecteur d'avance du papier. L'appuie d'une touche libère par ailleurs l’entrainement d'un axe par le moteur. Cet axe porte trois cames. L'une assure le mouvement d'un volet venant déplacer toutes les réglettes de droite à gauche. La seconde assure le déplacement du bloc de perforation. La troisième génère le mouvement de balayage de la griffe d'avancement.


Une ficelle a été utilisée temporairement en lieu et place de la courroie le temps que remette la main sur les gros joints toriques qui me servent pour refabriquer des courroies.


lundi 1 octobre 2018

Creed: Morse Perforator 9W

Le salon radio de 'La Louvière' a été l'occasion d'ajouter une nouvelle machine Creed à ma collection. Il s'agit d'une perforatrice dont j'étais persuadé qu'elle travaillait en code Baudot. La largeur de la bande aurait dû m'interpeller car il s'agit en fait d'une perforatrice Morse des années 30, une Creed 9/W.

Une pièce probablement assez rare et pour laquelle je n'ai guère trouvé d'information hors le fait que ce type d'équipement de transmission automatique a vécu conjointement avec les équipements Baudot, et ceci jusqu'à une période assez récente notamment dans la marine américaine avec des équipements bien plus modernes bien sûr.


Un bon  nettoyage s'impose mais un simple entrainement à la main du volant permet de perforer une bande sans grande difficulté. Le codage de la bande - Wheatstone tape - est simple: deux trous alignés verticalement pour un point, deux trous décalés (haut puis bas) pour un trait.


On peut lire ici la lettre 'F' (..-.) suivie d'une série de douze 'E', d'un espace puis de la lettre 'L' (.-..). Je vais prendre le temps de trouver toute la documentation utile avant de la démonter pour un nettoyage intégral. Le moteur va pouvoir être testé plus rapidement en notant qu'il est plus que probablement que le condensateur de déphasage soit hors service. A suivre.