samedi 31 décembre 2011

Divers: Meilleurs voeux pour 2012

Le temps passe vite, trop vite: deux mois déjà de silence sur ce journal. D'autres priorités m'ont amené à devoir suspendre temporairement mes projets et développements personnels. Je reprends cependant la plume pour souhaiter à tous mes lecteurs et amis une excellente année 2012.

mardi 25 octobre 2011

TRC298: Module BLU en panne

Un module d'extension BLU destiné à compléter l'un de mes récepteurs VHF/UHF ne passe pas l'auto-test. L'ensemble est complexe, constitué de deux cartes comportant une grande quantité de composants CMS.
Je dispose fort heureusement d'une partie des schémas et le dépannage est facilité par l'acquisition au salon Hamexpo, quelques jours auparavant, d'une carte prolongateur comportant les connecteurs ad'hoc. Après un retaillage de cette carte pour la mettre au format, et la réalisation d'une équerre pour maintenir les deux cartes accessibles, l'ensemble est prêt à être testé sur le récepteur.
Le défaut est rapidement localisé dans la section gérant la bande latérale inférieure, le filtre n'étant pas sélectionné bien que les tensions de commande soient présentes. Un relevé de ces tensions sur les diodes de commutation montre que l'une d'entres-elles est bloquée en permanence par une tension continue qui n'a aucune raison d'être présente en ce point.

La seul explication serait que le condensateur CMS de liaison avec l'étage d'entrée du filtre présente une fuite conséquente. Son démontage et son test prouve que cela est le cas.  Après remplacement, le module est détecté fonctionnel, le montage de test est désassemblé et le module installé à demeure dans le récepteur.
Un dépannage comme je les aime.

samedi 22 octobre 2011

Divers: Bricolages d'automne

Les dernières semaines ont été passées à démarrer un nouveau projet visant à télécommander un robuste mécanisme de positionnement de caméra de surveillance acheté lors du salon de la Louvière. Ce mécanisme pourrait bien devenir le positionneur/suiveur que je recherchais depuis longtemps pour entrainer quelques antennes UHF voire une petite parabole. Il me faut cependant changer l'un des deux réducteurs par un réducteur type 'Crouzet' disposant d'un plus grand rapport (125/2 serait idéal) et lui adjoindre un système de contrôle. Des photos suivront quand je me serais ré-équipé en appareil numérique, mon bon vieux D50 m'ayant hélas été volé.

dimanche 2 octobre 2011

Leader: LDM-815 et LIM-870

Un ami qui se reconnaîtra s'il lit ce billet m'a donné deux appareils de mesure classiques mais bien utiles voir dans certains cas indispensable pour le premier: un grid-dip LDM-815 et un mesureur d'impédance d'antenne LIM-870 de la marque LEADER.

Les deux équipements ont rejoint le laboratoire après que les piles - d'origine - aient été changées. Je regretterai toujours mon premier et unique grip-dip fabriqué dans ma jeunesse en suivant scrupuleusement les instructions de l'article publié par F8CV. J'ai commis l'erreur de le prêter durant mes études dans les années 80 et ne l'ai jamais récupéré...

jeudi 29 septembre 2011

Temex: Standard Rubidium

J'ai reçu ce jour le standard Rubidium TEMEX LPRS-01 acheté sur ebay. Je n'ai pu m'empêcher de le tester immédiatement celui-ci étant fourni avec un radiateur suffisant pour évacuer la chaleur le temps du test. Le standard est raccordé sur une alimentation à découpage 24V/4A achetée à cette fin au salon de La Louvière et quelques minutes plus tard le signal de verrouillage indique que la fréquence est stable, l'oscillateur étant verrouillé. Coût de l'ensemble, standard et alimentation, inférieur à 55€ !
Il me faut maintenant trouver un coffret ad'hoc, réaliser une platine permettant de distribuer la fréquence fondamentale à 10MHz, probablement une seconde fréquence à 5MHz, sur plusieurs sorties, et peut-être asservir l'ensemble à long terme sur une référence GPS.

dimanche 25 septembre 2011

Divers: Préamplificateur 400MHz

La salon radioamateur de La Louvière, qui s'est tenu cette année à Mons, a été l'occasion d'approvisionner divers composants utiles pour finaliser quelques montages. J'ai ainsi pu terminer la construction d'un préamplificateur 400MHz  conçu par F6HCC pour un ami adepte de la chasse aux radio-sondes. J'avais déjà réalisé il y a quelques temps, un atténuateur actif bien pratique pour ce sport.

Les composants sont câblés directement sur le fond d'un boîtier réalisé à partir de chutes de plaques d'époxy double-face. L'alimentation du transistor FET AsGa est externe. Elle régulée par un 78L05 en boîtier CMS monté face dessus dessous pour des raisons de simplification du câblage.

La courbe de réponse du filtre d'entrée est ajustée pour être centrée sur 401.5MHz. Une atténuation de -20dB est obtenu à 46MHz en fréquence basse et 64MHz en fréquence haute.

Le test de l'ensemble permettra de confirmer la qualité de ce petit préamplicateur.



lundi 5 septembre 2011

Divers: Visualisation de quelques modulations numériques

Mon tout dernier récepteur VHF/UHF intègre un filtre large bande - 5MHZ - ainsi qu'un démodulateur d'enveloppe dédié permettant ainsi de gérer les signaux numériques de type impulsionnel. Le signal résultant est accessible pour traitement sur une sortie spécifique ici dite 'Video Log'. Une approche classique dans le domaine de l'analyse et de la surveillance, utilisée depuis les années 70 mais désormais rendue obsolète par les évolutions en matière d'acquisition du signal au plus près de l'antenne et de son traitement numérique. En un mot, par les récepteurs à échantillonnage direct et les logiciels de traitement associés.

Quoiqu'il en soit, cette option est bien pratique pour l'amateur curieux car elle permet de visualiser les trames de données sur un simple oscilloscope, grossièrement certes, mais avec bien un meilleur rendu qu'avec celui obtenu par la visualisation de la porteuse.
Les trois copies d'écran suivantes montrent ainsi la modulation d'un canal GSM visualisée depuis la sortie fréquence intermédiaire, depuis la sortie du démodulateur d'amplitude et enfin depuis la sortie video en mode DATA.

 
L'utilisation d'un oscilloscope numérique aurait permis d'améliorer la précision en autorisant une synchronisation précise sur un en-tête de trame mais ce n'était pas l'objet du test lequel visait à simplement valider le bon fonctionnement de la chaîne de démodulation de ce récepteur.

D'autres modulations numériques peuvent être ainsi rapidement visualisées: les trames ADS-B transmises sous la forme d'impulsions d'une microseconde, ou encore les trames de données du DECT visibles sur la copie d'écran ci-dessous.

mardi 9 août 2011

Electrospace: Beacon Receiver 43S-7

J'ai acheté, pour une somme plus que modique il y a de cela une dizaine d'année, un récepteur de balise - ou Beacon Receiver - 43S-7 de la société Electrospace. Il est resté stocké en l'état sans même avoir été testé jusqu'à ce que je le ressorte à l'occasion d'un rangement. Disposant désormais d'un excellent récepteur UHF, et ayant dans l'idée d'installer un parabole asservie, je me suis décidé à tester ce récepteur qui pourrait bien m'être utile.


Il s'agit d'un équipement qui était utilisé dans les centres de réception satellite pour optimiser l'alignement du système d'antenne sur le satellite en se verrouillant sur une porteuse de référence, le beacon. Le récepteur 43S-7 utilise la sortie 70MHz d'un convertisseur de fréquence - downconverter - situé derrière la source en fournissant une tension proportionnelle au niveau reçu de la porteuse de référence. Cinq fréquences peuvent être sélectionnées par le biais d'un sélecteur en face avant.


Après vérification de l'état de l'alimentation linéaire qui occupe à seule un volume conséquent, l'ensemble est mis sous tension, et les points d'alimentation vérifiés. Jusque là tout va bien. Il me faut ensuite déterminer les fréquences programmées, et vérifier que l'indication de verrouillage est fonctionnelle. N'ayant ni manuel, ni schéma, la seule approche viable va consister à vérifier le bon fonctionnement des étages identifiables par l'analyse des circuits présents, à savoir: le fonctionnement de l'oscillateur 10.7MHz compensé en température, et de la chaîne d'amplification du signal d'entrée aisément reconnaissable.


Le premier point est rapidement vérifié à l'oscilloscope, le second nécessite l'injection d'un signal de référence à 70MHz qui sera tracé à travers les différents étages. Surprise, ce signal apparaît être modulé en amplitude avec une vitesse qui dépend de la position de l'inverseur en face avant marqué 'Sweep Lo / Hi'. Ce signal est correctement amplifié étage après étage puis disparait au niveau du dernier étage juste après un filtre LC. Un test de la continuité de l'inductance CMS montre que le circuit est ouvert ce qui explique le phénomène constaté.


Deux points de soudure plus tard le problème est résolu sans même avoir à changer l'inductance, fort heureusement d'ailleurs. Une soudure séche est probablement à l'origine de ce défaut. Après remise sous tension, un signal apparaît sur l'un des points de test, signal dont l'amplitude va croissante en déplacant la fréquence de référence jusqu'à ce que l'indicateur de verrouillage s'illumine. Le récepteur est fonctionnel, et je peux déterminer le rôle des différents signaux de sortie. Les quatre fréquences programmées peuvent ainsi être déterminées en ajoutant la valeur de l'oscillateur local (10.7MHz) à la valeur de la fréquence présente sur le connecteur coaxial de sortie, ici absent.

Il me restera à mesurer les performances du récepteur - largeur de bande, sensibilité et précision du verrouillage - puis à identifier le signal utilisé pour asservir en positionnement la parabole de réception. En première approche, le verrouillage s'effectue correctement pour un niveau d'entrée minimal de -58dBm.

Je profite de l'occasion pour lancer un appel au peuple au cas où quelqu'un disposerait de la documentation de cet équipement. Je recherche aussi une mécanique de positionneur Az/El en bon état, l'âge et l'état extérieur important peu.

lundi 8 août 2011

POCOM: Pocomtor AFR-2000

Un ami m'a donné voila quelques mois un décodeur POCOM AFR-2000 en état de marche à l'exception d'un problème d'affichage.


Après mise sous tension, et raccordement sur un vieux moniteur 9" vidéo composite, il s'avère qu'en effet les caractères sont partiellement affichés. La modification des réglages du moniteur ne change rien. L'ouverture de l'équipement est indispensable. La carte vidéo est installée dans le compartiment inférieur.

Le changement de la RAM, puis du générateur graphique ne résolvant pas le problème, et n'ayant pas le schéma, je me résous à modifier le seul réglage présent sur cette carte. La largeur d'affichage est modifiée et ... le problème disparaît. Un dépannage rapide qui m'aura permis de prendre quelques photos de l'équipement et de sauvegarder le contenu des deux EPROM.

Ce décodeur TTY/TOR a été fabriqué en 1984 par la société Suisse Poly Electronic. En  1985, son développeur fondait la société Wavecom Elektronik AG qui, deux ans plus tard, sortait le remarquable décodeur multi-modes Wavecom 4010.

dimanche 31 juillet 2011

ACL: Tuner SH206P - 3

Ces dernières semaines ont été bien occupées entre le travail, les tentatives de réparation de ce tuner et, cerise sur le gâteau, le modem-routeur ADSL qui fait des siennes après trois années de bons et loyaux services. La dégradation du niveau de réception (-29dB au lieu de -18dB) me fait craindre qu'il puisse s'agir du résultat de statiques, ou de surtensions, sur la ligne PTT. Le précédent avait exhibé les mêmes symptômes avant de plus du tout se synchroniser.

Pour ce qui concerne le Tuner SH206P, un dernier test a été effectué après avoir modifié les polarisations et les charges pour adapter le circuit au BFQ63, le seul transistor dans mes stocks susceptible de convenir et déjà testé.
Le résultat est désespérant: le circuit oscille en démarrant à 850MHz (au lieu de 950MHz) et ne monte pas au-delà de 1.5GHz. Trop de capacité, pas assez de gain, il doit y avoir une astuce que je n'ai pas saisie dans ce montage de la fin des années 60.
J'ai donc décidé de ranger l'ensemble en l'état dans l'attente de trouver les références exactes du transistor original tout en ne me faisant aucune illusion. Ces derniers devaient faire l'objet d'un tri poussé et le tour de main des concepteurs pour monter l'ensemble est bel et bien perdu. Je recherche donc un tiroir SH206P en bon état, à prix OM. Avis à mes lecteurs.

samedi 23 juillet 2011

ACL: Tuner SH206P - 2

Il me faut me rendre à l’évidence après plusieurs essais infructueux, je n’arrive pas à faire fonctionner l’oscillateur local du tiroir SH-206P, du moins sur la plage de fréquence attendue.

Avec un BFR90, l’oscillateur démarre aux environs de 2.2GHz soit à 1GHz de plus que la fréquence requise et sans possibilité de faire descendre celle-ci par l’ajout d’une capacité. Un problème qui est certainement lié à une plus faible capacité parasite présentée par ces transistors récents que celle du transistor original conçu dans les années 70. L'effet inverse, impossibilité de monter en fréquence, est rencontré avec un BFQ63 (ft 5GHz) et un 2N5179 (ft 1.5GHz), deux transistors plus anciens que j’avais en stock.

Il m’a donc fallu me résoudre à tenter de réparer le transistor d'origine en grattant le verre autour de la connexion et en soudant au plus près la self de choc. L’objectif reste prioritairement de redémarrer l’ensemble, il sera toujours de remplacer cette bidouille par un transistor en état si j’arrive à mettre la main sur le schéma de ce module, ou à obtenir la référence du transistor.

Transistor en l'état avant nettoyage

Plusieurs essais ont été requis pour obtenir une soudure qui tienne aux contraintes générées par la réinstallation. Rien à faire hélas, l'ensemble ne redémarre pas correctement, et ceci bien que le transistor apparaisse être correct au testeur. Je crains donc d'avoir à conserver ce tiroir pour pièce, et de devoir me mettre à la recherche d'un SH206P fonctionnel.

lundi 18 juillet 2011

ACL: Tuner SH-206P

Comme je l'avais envisagé, la réparation du tuner SH-206P qui couvre la gamme de 2 à 4GHz est loin d'être simple. Les premiers montrent que l'oscillateur local fonctionne mais à tendance à décrocher à tout bout de champ, aucun signal n'étant cependant présent sur la sortie 21.4MHz. Et bien sûr je ne dispose d'aucun schéma !


L'ouverture du bloc FI met immédiatement en évidence un problème: deux résistances carbones dans le circuit d'un transistor sont carbonisées. Le test du transistor montre un court-circuit franc entre base et émetteur. Une recherche sur le NET permet d'identifier un remplaçant à ce transistor de la fin des années 60, un TIXM101 annoncé expérimental.


Son changement par un AF239 et le remplacement des résistances dont la valeur m'a été fournie par un ami disposant du même tuner permet de redémarrer le bloc FI. Il m'est alors possible de déterminer par sweeping la fréquence de fonctionnement d'entrée (160MHz) et celle de l'oscillateur local libre (181.4MHz).

Il reste à solutionner le problème du décrochage de l'oscillateur local. Il faut pour cela ouvrir la cavité au risque de modifier les réglages usines. La présence d'une diode sur la boucle de sortie permet d'inférer le fonctionnement: l'oscillateur est suivi d'un doubleur de fréquence et d'un filtre à trois cavités accordées. Ceci est rapidement confirmé par la mesure de la fréquence quand l'oscillateur accepte de démarrer.


J'ai pensé avoir résolu le problème en déplaçant légèrement l'un des résistances mais il m'a fallu rapidement me rendre à l'évidence après avoir remonté l'ensemble, le défaut est toujours présent. Une inspection attentive après redémontage permet découvrir l'origine du problème: l'une des pattes du transistor est coupée à ras du boîtier, le contact s'effectuant aléatoirement. Après dessoudage du transistor, la réparation s'avère être impossible de même que l'identification du transistor, le marquage commençant par 2N ayant été effacé.


J'arrive toutefois à caractériser le transistor à l'aide d'un testeur: transistor Silicium NPN d'un gain de 45 pour un courant collecteur de 1.29mA et une tension VBE de 0.73V. La marque de fabrication est un A entouré d'un cercle. Avec une alimentation en 19V, un Vbe de 0.73V, un réseau de polarisation de 3.3K/4.7K, des résistances de charge collecteur et émetteur de 33R et 700R, les paramètres de fonctionnement du transistor calculés (mesurés) sont les suivants: Ve=10.4V (9.99V), Vc=18.5V (18.43V), Vb=11.1V (10.71V) et donc Ie=15mA (17.7mA), P=122mW donnant un Vce de 8.1V.

Un transistor bipolaire récent tel qu'un BFR90 devrait parfaitement convenir en remplacement sans avoir à modifier le point de fonctionnement, le facteur de bruit optimal pour un Ic de 5mA (1.8dB) restant correct avec un Ic de 15mA (2.5dB) et le boîtier bien éloigné du TO72 s'insérant parfaitement dans le montage d'origine. Le gain typique DC est annoncé à 50 pour un Vce de 10V et un Ic de 14mA.

Le changement du transistor va cependant inéluctablement modifier le fonctionnement de l'oscillateur local dont les réglages devront être repris sur la gamme 1/2GHz. On peut cependant considérer que les filtres - filtre de sortie sur l'harmonique 2 de l'oscillateur et filtre de tête sur la fréquence reçue - sont correctement réglés. Si tel est le cas, le réglage de l'oscillateur sera simplifié puisqu'il 'suffira' de le réaccorder sur la fréquence requise pour la réception de la fréquence sélectionnée sur la tête soit Fo=(Fr+160)/2.
La première étape va donc consister à vérifier la concordance de l'affichage avec l'accord des deux filtres, et le réglage de ces derniers, en sweepant la tête puis la sortie oscillateur, et en mesurant le niveau reçu avant la diode de mixage. Il sera alors possible d'utiliser l'affichage comme référence.

La seconde étape visera à redémarrer l'oscillateur puis à l'accorder en jouant sur les lamelles du condensateur variable, et ceci en vérifiant régulièrement le résultat cavité refermée.

A suivre...

dimanche 17 juillet 2011

ACL: Tuner SH-207P

Le test des tuners ACL continue avec la vérification du bon fonctionnement d'un tuner qu'un ami m'a négocié en juin à Friedrichschaffen. Il s'agit d'un SH-207P AFC couvrant la gamme de 4 à 7GHz. Une bien belle et lourde pièce embarquant de nombreux modules: mélangeur, filtre, amplificateur, atténuateur et  un module qui pourrait bien être un oscillateur YIG Watkins-Johnson.


Le tiroir est inséré après les vérifications électrique d'usage. Il s'avère fonctionner au regard du matériel de mesure dont je dispose et qui ne couvre pas cette gamme de fréquence. Un achat que je ne regrette absolument pas.

dimanche 3 juillet 2011

ACL: Tuner SH-205P

Le récepteur SR-209, et son panoramique, étant maintenant fonctionnels et parfaitement réalignés, il est temps de s'attaquer aux tiroirs en ma disposition et, pour commencer, au SH-205P (couverture de 990 à 2000 MHz) neuf mais entâché d'un défaut: l'oscillateur s'arrête entre 1.4 et 1.5GHz.
La tête UHF est une superbe réalisation mécanique comme on pouvait les faire à la fin des années 60: cavités argentées, lames fixes fraisées, accords fin par vis...


Le tuner est ici neuf, et les réglages n'ont probablement jamais été modifiés ou altérés. Il me faut donc chercher ailleurs l'origine du problème.

Une observation attentive du condensateur variable de l'oscillateur - bloc situé à droite sur la photographie précédente - permet de découvrir que lorsque l'oscillateur s'arrête l'une des lames amovibles semble toucher la lame fixe. Et de fait, le simple passage d'un morceau de papier à cigarette suffit à éliminer le défaut.

Une réparation rapide et aisée ce qui ne sera probablement pas le cas du tuner SH-206P (couverture de 1990 à 4000 MHz) lequel est loin d'être neuf et ne fonctionne pas du tout.

dimanche 26 juin 2011

TRC3941: Un équipement panoramique

Je regrette bien souvent de ne pas disposer des études préliminaires ayant menées à la réalisation des équipements que je possède. Je pourrais ainsi  mieux appréhender l'histoire de ces équipements et connaître les exigences qui orientées leur conception.

Il en va ainsi des panoramiques Thomson  TRC3941 et TRC3941B probablement conçus à la fin des années 70. L'étude du système de numérotation utilisé par Thomson pour ces derniers laisse entendre que l'identifiant était construit en utilisant la référence du récepteur auquel était destiné le panoramique en lui adjoignant le chiffre '1'.

Le panoramique TRC3941 est ainsi associé à la famille des récepteurs TRC394, le panoramique TRC2941 devant compléter le récepteur TRC294. Ces équipements ont ensuite fait l'objet d'adaptations permettant de les faire fonctionner sur des récepteurs plus récents sans que ne soit changée ni la numérotation ni la conception logique ou physique: le TRC3941 sur les récepteurs TRC241 et TRC243, le TRC2941 sur les récepteurs TRC298.

La conception du chassis des panoramiques TRC3941 et TRC3941B est similaire à celles des chassis des récepteurs TRC294, TRC294A et de leur extension TRC2919 comme on peut le voir sur les photos ci-dessous: un chassis en inox plié, soudé par point, séparé en deux compartiments.
TRC2919 à gauche et TRC294A à droite


TRC3941 à gauche et TRC3941B à droite


Les différences entre les deux versions du TRC3941 sont subtiles.

TRC3941 à gauche et TRC3941B à droite


Le TRC3941 est un récepteur panoramique dont l'accord est piloté par le récepteur associé. Il intègre une tête HF dérivée de celle du récepteur TRC394C mais dotée d'un filtre à large bande (cette tête est visible en haut et droite de la photo du dessus de l'équipement, plaquée contre le dos du chassis) et dispose d'un atténuateur de 20dB accessible en face avant. Il ne pourra alors fonctionner qu'avec un récepteur disposant des sorties ad'hoc mais ne pas sera limité dans sa capacité d'excursion autour de la fréquence centrale, ici 100KHz, par le filtre d'entrée (roofing) du récepteur. Celà en fait un surperbe instrument de surveillance du spectre.

Le TRC3941B est un panoramique classique s'interfacant sur la sortie fréquence intermédiaire du récepteur associé en amont des filtres. Il peut ainsi fonctionner avec n'importe quel équipement doté d'une FI à 1.4MHz mais sera limité dans sa capacité d'excursion autour de la fréquence centrale, ici 30KHz, par le filtre d'entrée du récepteur associé.

mercredi 22 juin 2011

ACL: SR-209 - Rallonge pour le SDU-102

Il est bien souvent difficile d'intervenir sur un équipement pour lequel on ne dispose pas de cartes rallonges. C'est le cas pour le récepteur SR-209 qui utilise un connecteur Cannon DB37 avec un insert coaxial d'un modèle que je n'ai pas stock. Il m'a donc fallu improviser pour finir le réglage de ce panoramique en modifiant un connecteur DB37 classique pour y ménager le passage de l'insert. Une solution certes provisoire mais fonctionnelle.



J'avais par ailleurs commandé, au cas où, quelques transistors spécifiques référencés SP8675 chez Ferranti, transistors utilisés dans les tuners ACL. Je soupçonne qu'il s'agisse d'un marquage spécifique de transistors VHF plus classiques, 2N918 peut-être.


Je les ai reçus ce jour, et immédiatement passé quatre d'entres-eux sur mon testeur AS4002. Cela ne remplace pas un traceur de courbe ou analyseur mais permet au moins d'identifier les principaux paramètres:
Transistor NPN - Boîtier TO-72 - Silicium  - Gain HFe de 64 à 78 pour un courant de 1.58mA à 1.70mA - Tension Vbe de 0.79V à 0.81V pour un courant de base Ib de 22.0µA à 24.6µA.

vendredi 17 juin 2011

Divers: Réparation Optoelectronics Handi-Counter 2810

Un ami m'a donné un fréquencemètre Optoelectronic Handi-Counter Model 2810 qui, après changement des deux amplificateurs MMIC en entrée, semblait ne pas être stable. Après démontage, et mise sous tension via une alimentation externe, j'ai constaté une consommation anormalement élevée de l'ensemble, de plus d'un ampère pour 12V en entrée.
Le relevé du schéma montre que l'accumulateur interne - 4 éléments de 1,2V - est chargé depuis l'alimentation externe à travers une simple résistance de 4.7R. Un relais permet de sélectionner automatiquement la source de tension: la sortie d'une régulateur 5V lors d'une alimentation externe ou la batterie.
Le remplacement de la diode et de la résistance de charge de l'accumulateur par un régulateur monté en source de courant, et du pack d'accumulateurs, a permis de résoudre le problème de la consommation trop élevée. La suite des tests a mis en évidence un mauvais contact dans l'un des commutateurs de changement de gamme. Le dessoudage et l'inspection de celui-ci montre que le défaut provient de la fabrication même de ces commutateurs, les pattes de sertissage du guide en aluminium étant bien faibles, et dans le cas présent cassées. Je n'ai eu d'autres alternatives que de réutiliser le commutateur de la fonction 'Hold' rarement utilisée. Cette fonction pourra toujours être réactivée le jour où je mettrai la main sur un commutateur de remplacement.


Le circuit-imprimé laisse entrevoir une réserve pour un bouton poussoir supplémentaire non installé. Il s'avère que celui-ci donne accès à de nouvelles fonctions dont la mesure de la période. La découpe est prévue dans le capot d'origine, il n'y a donc plus qu'à rajouter un bouton poussoir et à détourer le plastique de la face avant pour bénéficier de ces fonctions.

La sensibilité de ce petit équipement qui date des années 95 est plus que correcte, de l'ordre de 250µV à 50MHz et de 1.8mV à 1GHz. Bien pratique pour certaines mesures.

mardi 7 juin 2011

LB740: Réalisation d'un synthétiseur - Fin

Une dernière modification de la gestion des changements de fréquence du SI570 et du déclenchement squelch a permis d'optimiser la fonction de balayage des canaux. Ce synthétiseur, totalement fonctionnel, permet de disposer d'un ensemble de réception 4 canaux VHF très performant et bénéficiant de l'excellente facture du récepteur TELERAD LB740 (version B) par simple remplacement du module 4 canaux quartz original - ref. LB740B OSCI 23015.

Il restera à confirmer la fiabilité sur le long terme, dans le cas présent un fonctionnement en continu sur plusieurs mois, mais je n'ai aucun doute sur le résultat, mon autre récepteur étant en veille permanente depuis maintenant plus de 3 mois sans aucun problème.

dimanche 5 juin 2011

LB740: Réalisation d'un synthétiseur - 4

Ce long week-end de l’Ascension m’a permis de concevoir une nouvelle version du synthétiseur programmable destiné à moderniser mon récepteur aviation Telerad LB740, synthétiseur basé cette fois-ci sur le composant SI570 dans sa version LVDS.

La sortie différentielle est adaptée en impédance par un transformateur de rapport 4 :1. Le secondaire de ce transformateur large-bande attaque un filtre passe-bas dont la fréquence de coupure se situe à 135MHz.


Un atténuateur précède un étage d’amplification à base de MMIC - un ERA1 - chargé de fournir le niveau de 10dBm attendu par le récepteur. En pratique ce niveau est atteint sans avoir à préalablement atténuer le niveau de sortie du filtre passe-bas. L'ensemble est testé puis intégré dans un module Telerad.


Quelques modifications de dernières minutes sont intégrées dont un circuit de réinitalisation extérieur, un adaptateur de niveau pour traiter une signalisation en 15V et enfin, non représenté sur le schéma, un rappel externe au 3.3V des quatre entrées RB4-7, le pull-up interne du PIC, dit 'Weak PullUp', s'avérant insuffisant. J'ai noté à ce propos une assez large dispersion dans les caractéristiques du PIC 16F628A, certaines révisions fonctionnant parfaitement en 3.3V avec le circuit de rappel interne et le mécanisme de réinialisation par défaut, d'autres non...

Le résultat est à la hauteur des espérances: la qualité du signal de sortie est remarquable de stabilité et de pureté. Silicon Laboratories a conçu un composant fabuleux pour lequel j'imagine maintenant bien d'autres utilisations. Son seul défaut est de ne pas pouvoir garantir la continuïté de la phase lors d'un changement de la fréquence de sortie lequel peut, selon le différentiel demandé, ne pas être immédiat. Une contrainte qui n'a guère d'impact lors d'un changement de fréquence manuel via le sélecteur en face avant du récepteur mais qui pose quelques problèmes pour la mise en oeuvre d'une fonction de sélection automatique.

J'ai en effet décidé d'utiliser la position 'Télécommande' de ce sélecteur pour engager une recherche automatique d'activité sur les quatre canaux programmés. Cette recherche est commandée par le signal de Squech ramené pour l'occasion sur le seul point libre du connecteur DB9 d'origine. Il s'avère que le bruit généré par le changement de fréquence déclenche transitoirement le squelch. Rien qui ne puisse être corrigé par le logiciel mais pour bien faire, il faudrait aussi invalider le circuit de squelch durant la reconfiguration du synthétiseur. Et donc de disposer d'un point libre de plus sur le connecteur, et il n'y en a plus. J'intégrerai peut-être cette évolution dans une prochaine version en modifiant la connectique originale. En attendant, l'ensemble fonctionne remarquablement.