samedi 24 mars 2012

Divers: Mémoire à tores

Un ami m'a donné une carte mémoire à tores Plessey de 16K words de 16bits dont la dimension de 38cm par 38cm permet de mieux appréhender l'évolution technologique qu'a vécu l'informatique, ici sur le plan de la capacité de stockage: 262144 bits de stockages sur 14dm2, l'état de chaque bit étant stocké dans un tore magnétique inclus dans un tissage complexe de fils de cuivre plus fin qu'un cheveu...

Rien ne dit d'ailleurs que les dernières données inscrites dans cette mémoire ne soient pas encore présentes, la mémoire à tore ayant pour particularité d'autoriser la rétention des données hors alimentation..

Un recherche sur la référence de cette carte - Plessey PM-1216 - permet d'identifier au moins un mini-ordinateur 16 bits l'ayant utilisée, le Data General Nova mis sur le marché en 1969. Un article de la presse spécialisée datant de 1974 fait par ailleurs référence à cette carte.


dimanche 18 mars 2012

RS-580: Dépannage

Je n'ai trouvé que peu d'information sur la genèse de la série TRC-180, hors quelques documentations commerciales qui font apparaîtres deux dénominations représentant certainement une évolution de la gamme, évolution peut-être liée à l'intégration de la CSF dans le groupe Thomson.

Ainsi, le premier récepteur CSF à verrouillage de fréquence, récepteur à tube dit 'Stabilidyne' portait la dénomination RS-550. Le modèle suivant RS-560 reprenait une principe de verrouillage similaire, mais en s'appuyant sur des transistors. Je possède par ailleurs quelques tiroirs au format de la série TRC-180 qui portent la référence RS-580 pour le récepteur, AS-580 pour l'alimentation et PS-491 pour le synthétiseur, et utilisent des circuits intégrés logiques de la série 74xx et quelques amplificateurs opérationnels type 709. Un développement CSF qui a probablement donné naissance à la série TRC-180, les tiroirs, les fonctions et le brochage en fond de panier étant identiques.

   

Le démontage pour réparation du récepteur RS-580 met en évidence plusieurs différences avec le modèle ultérieur TRC-180 quand par ailleurs le référencement et la fonction de chaque carte sont identiques. Ainsi, la tête HF usinée dans la masse pour le premier devient un simple coffret embouti pour le second. Le système de gestion de la CAG fait appel à trois amplificateurs opérationnels 709 pour le premier, dont deux sont remplacés par des transistors dans le second avec dans tous les cas, un choix de composants de première qualité, en particulier pour les filtres de bande de type LC avec des condensateurs à 1%.
Certaines capacités électrochimiques pourtant de qualité professionnelle n'ont pas tenue dans le temps. Celles-ci ont été remplacées par des tantales CTS13, et le récepteur installé pour test à la place d'un tiroir TRC-1800. Il s'avère fonctionnel avec encore cependant un problème sur la CAG. Sans schémas, il va falloir faire preuve de perspicacité...