samedi 31 mars 2018

Divers - Réaménagement de l'atelier

L'arrivée de nouveaux appareils m'a amené a réorganiser l'atelier en modifiant la disposition des équipements du banc de mesure. Sur le banc, un goniomètre  PLATH SFP-5000 en attente de son synthétiseur de fréquence mais prêt à redémarrer.




Le banc de dépannage reste identique mais a fait l'objet d'un bon nettoyage de printemps.

jeudi 22 mars 2018

Siemens: T.Send.2d - Fin

La T.Send.2d s'avère être parfaitement fonctionnelle après le changement des condensateurs. Cette machine est réellement remarquable et fonctionne comme au moment de sa sortie d'usine voila maintenant 82 ans.


Aucune erreur de lecture sur les multiples passages de bande requis pour prendre une dernière vidéo de son fonctionnement.


mercredi 21 mars 2018

Siemens: T.Send.2d - Suite 2

En l'absence d'information, il a fallu calculer la vitesse de rotation du moteur (2000tr/mn nominal) pour une transmission à 50Bd. Le relevé du nombre de dents de chacun des pignons du couple de réduction donne un rapport de 3.75 (60 dents menées par 16 dents menantes) soit une vitesse attendue de 1500tr/mn.

Le réglage de la vitesse de rotation cette machine est un régal puis celui-ci peut s'effectuer moteur en marche: il suffit de maintenir une couronne moletée et de tourner la vis de réglage qui la prolonge. La lecture au stroboscope est immédiate.
La lecture n'étant pas correcte malgré tous les réglages effectués, une analyse à l'oscilloscope s'avère nécessaire. Il apparaît immédiatement que le signal est pollué par des impulsions parasites rapidement identifiées comme provenant du contacteur du régulateur. 


La vitesse de rotation est correctement réglée ici puisque le 'start' a une durée de 20ms ce qui est bien attendu pour 50 bauds.

Le changement de position d'un strap lequel court-circuitait l'absorbeur dans le réglage d'origine de cette machine permet de résoudre temporairement le problème, la vitesse de machine s'accélérant rapidement après quelques minutes et avant même qu'un nouveau test de lecture ne puisse être effectué.


Ce phénomène est lié au vieillissement du condensateur d'anti-parasitage lequel se comporte plus comme un résistance que comme une capacité. La décision de refaire tous les condensateurs est prise d'autant que depuis quelques temps un léger bruit se faisait entendre certainement lié à la fuite du condensateur d'antiparasitage de l'interrupteur marche/arrêt.
Les quatre condensateurs sont démontés ce qui me permet de découvrir la date de fabrication de l'un deux et ainsi de confirmer que cette machine a été fabriquée après 1936.

L'opération de vidage s'effectue sans grande difficulté après chauffage des blocs dans un bain d'eau portée à ébullition. Le contenu est facilement remplacé par des condensateurs plus récents bloqués par du carton et de la colle thermo fusible. 

Le résultat est parfait, l'opération étant absolument invisible.

dimanche 18 mars 2018

Siemens: T.Send.2d - Suite 1

La première mise sous tension de la T.Send.2d vient d'être effectuée après une dernière vérification du câblage. Son schéma a été reconstituée et l'une modification qui avait été faite a été éliminée.

Le moteur prend correctement sa vitesse, la résistance chutrice reste raisonnablement tiède et la bande défile en continu sans aucune saccade.
L'étape suivant va consister à reprendre les graissages, régler la vitesse au stroboscope puis à vérifier que la bande est correctement lue. A suivre ...

Siemens: T.Send.2d - Suite

Le réglage de la T.Send.61a étant un succès, celui de la T.Send.2d peut enfin être envisagé. En effet, ces deux lectrices sont dotées d'un disque de réglage gradué dont l'utilisation m'est maintenant connue. Le démontage de la tête de lecture de la T.Send.2d est requis pour cette opération. Il s'agit ensuite de régler chacun des contacts pour qu'il y ait continuité du signal entre deux contacts adjacents, le point de changement de contact étant porté sur le disque gradué.


La lettre 'A' correspond au moment 'Starts', et les lettres 'Ei' à chacun des 5 points d’échantillonnage pour chacun des 5 moments. Rappelons que les télétypes mécaniques échantillonnent le signal sur une durée de 4ms au milieu du moment. Un convertisseur liaison série moderne échantillonnera 4 voir 16 fois ce même moment.

Le principe de la T.Send.2d est intéressant car, contrairement à tous mes autres lecteurs, la progression de la bande se fait en continu. Le mécanisme de sérialisation est assez délicat à régler car les leviers activant les contacts ne sont pas rappelés en position de repos par un ressort mais simplement par la cambrure de la lame du contact. Le fonctionnement de cette tête est visible sur la vidéo suivante qui montre la lecture d'une bande 'RYRY'.

On devine à gauche le disque de réglage gradué. Au centre, l'arbre à came qui active l'un après l'autre les palpeurs de la bande. En fonction de la présence ou non d'un trou, le palpeur viendra bloquer ou non le levier d'activation du contact par le biais d'une palette visible en haut de la vidéo.

Il me reste à remonter la tête et à reprendre le relevé du schéma électrique pour comprendre comment est alimenté le moteur de cette lectrice. Le câble d'alimentation a dû être changé car son revêtement de caoutchouc partait en lambeaux. Le câble de raccordement en coton tressé, bien abimé, a été protégé par une gaine plastique extensible afin de conserver un maximum de pièces d'origine sur cet équipement qui doit dater des années 1930.

samedi 10 mars 2018

Siemens: T.send.61a - Fin

Le lecteur de bande T.Send.61a est enfin totalement fonctionnel. Je n'ai pas trouvé de description du réglage de la tête de lecture mais j'ai pu reconstituer cette procédure après avoir observé le mécanisme.

Les 7 repères sur la roue d'entrainement correspondent à la transition de la lecture d'un état à l'autre. En ce point, et en l'absence de bande perforée, deux leviers adjacents doivent être en position active, c'est-à-dire soulevés. Ceci est visible sur les photos suivantes où l'on aperçoit les leviers 3 et 4 en partant de la gauche soulevés. Le contact établi par un levier doit s'interrompre et être repris par le suivant de la gauche vers la droite lorsqu'un trait se retrouve au niveau du repère.


Il s'agit donc de régler le point contact à l'aide des vis pour qu'un contact continu soit assuré lors du passage d'un levier à l'autre c'est-à-dire d'un coté à l'autre du repère. Ce contact peut être mesuré à l'aide d'un  multimètre branché sur les deux plots visibles en haut de la photo de gauche, plots marqués 'br' et 'ws'.

J'écrivais dans mon premier billet que le relais installé en série dans la ligne du signal servait à maintenir le dernier état échantillonné et qu'il me fallait intégrer un générateur pour que l'ensemble fonctionne correctement. Il n'en est rien. Le rôle de ce relai n'est pas encore identifié et les bobines en série dans le contact sec n'interdisent finalement pas une bonne lecture par mon interface à base de Raspberry. J'ai donc démonté le générateur de courant utiliser la sortie TRON originale avec une lecture sans aucune erreur.

dimanche 4 mars 2018

SAGEM: Lectrice SP5 - Fin

La lecture  d'une bande directement sur le signal de sortie de la tête ayant donné de bons résultats, j'ai décidé de remettre le lecteur dans sa configuration d'origine et d'intégrer la source de courant nécessaire pour piloter le relais télégraphique.
L'étude attentive du schémas montre que les contacts repos et travail reliés à chaque palpeur sont actifs et permettent de sélectionner l'une ou l'autre des bobines du relais permettant ainsi d'utiliser une alimentation simple. Un rapide test montre qu'une alimentation de 24V suffit.


Une petite alimentation à découpage a été trouvée sur le salon radio de Clermont de l'Oise hier à un prix défiant toute concurrence. L'intérêt de ce type d'alimentation est la possibilité de l'alimenter en 110V.

Intégrée par simple collage au châssis, elle s'avère parfaitement fonctionner. Après derniers quelques réglages des contacts, la lecture s'avère parfaite.

  

Il restera à trouver les connecteurs, et un convertisseur 220V/110V de faible encombrement - l'équipement tire quand même près d'un ampère - pour éviter d'avoir à utiliser le variac.