lundi 10 novembre 2014

R391/URR: du travail en perspective

Cela faisait bien longtemps que j'envisageais l'acquisition d'un exemplaire du récepteur R390/URR ou de sa version simplifiée R390-A/URR. Un bien bel exemple de ce qui a pu être développé après-guerre sans commune mesure avec les récepteurs construits en France à la même époque hormis peut-être le récepteur Stabilidyne

J'ai donc eu l'occasion de pouvoir acquérir un Collins R391/URR similaire au R390/URR mais disposant de sept canaux présélectionnés. Un appareil réalisé, semble-t-il, en assez petite série. L'ensemble a visiblement bien vécu - il aurait été utilisé chez Tonna à Reims d'après son précédent propriétaire - et nécessitera une bonne révision mécanique et peut-être une réfection de la peinture.


Le plus étonnant ici - hors le numéro de série très bas et la date de fabrication correspondant à la fin de la série R390/URR - est l'absence de la commande des filtres FI. J'ai d'abord cru à la perte du bouton de commande, puis à l’enlèvement volontaire de l'axe de commande peut-être pour éviter toute erreur de manipulation lorsqu'il était en usage chez Tonna.


Le doute à rapidement été levé en enlevant le bloc FI: les galettes de commutation n'ont jamais été installées! Ce bloc a donc bel et bien été assemblé comme cela et pour fournir une seule bande passante qu'il restera à déterminer.



La question du pourquoi de cette modification et de l'utilisation de ce récepteur reste entière. Ne pas hésiter à me contacter à ce sujet. Je cherche par ailleurs le bloc FI d'origine du R390/URR avec sa commutation de bande-passante. Lecteurs, faites passer le message.