samedi 21 novembre 2009

Divers: Dead Bugs

Il y a quelques mois, j'ai pris la décision de conserver les composants hors service - dead bugs - en provenance des matériels que je répare afin de pouvoir me faire une idée sur l'origine des principales pannes rencontrées. Il apparaît que les condensateurs chimiques et les circuits logiques TTL et CMOS font partis des pièces les fréquemment remplacées, du moins sur mes matériels.

Une petite image pour s'en convaincre.


Les spécialistes auront reconnu les 'infames' condensateurs WIMO - condensateurs au boîtier argenté - équipant certaines séries de récepteurs RS560, des tantales en boitiers expoxy - rectangles noirs en haut à gauche - en provenance de matériels Francais et Allemands, et un lot de condensateurs chimiques - pourtant récent mais affectés d'un problème de fuite du diélectrique - installés sur une des cartes d'un récepteur Nardeux.

Les circuits logiques ont tous perdu leurs pattes. Ceci est dû à l'approche que j'utilise désormais quand le coupable est identifié, ou soupçonné: coupure des pattes, sans façon et au plus près du boîtier, pour ensuite extraire une à une celles-ci au fer à souder et avec une brucelle. Ainsi je ne risque plus de détruire les trous métallisés ou d'arracher une piste. Il faut dire que certains circuits imprimés n'ont visiblement jamais été conçus pour être réparés...

vendredi 20 novembre 2009

TRC241: Quelques problèmes

Mes dernières soirées ont été occupées par le dépannage d'un TRC241 affecté de quelques problèmes:
- Initialisation du panneau avant erratique,
- Filtre d'entrée demi-octave ne fonctionnant pas sur l'une des bandes,
- Démodulation AM entâchée d'un sifflement infernal,
- Un fonctionnement erratique du clavier.

L'origine du  problème de l'initialisation erratique du panneau a indirectement été déterminée par le nécessaire contrôle des tensions d'alimentation. Ce contrôle a mis en évidence l'absence de tension sur un rail 5V identifié VH par la sérigraphie. Un coup d'oeil sur la schématique montre que cette tension contrôle le signal HALT du processeur verrouillant celui-ci tant que les tensions ne sont pas établies et l'arrêtant proprement lors de la détection d'une perte de tension. Le module de commande est simple, 3 condensateurs, 2 résistances et un régulateur LowDrop. Premiers mis en cause, les condensateurs sont vérifiés au pont de mesure, et l'un d'entre eux défectueux est remplacé. Les choses s'améliorent mais le fonctionnement reste aléatoire. Le remplacement d'office des deux autres condensateurs règle définitivement le problème. Un test a posteriori de l'un des condensateurs avec un bias d'alimentation proche de sa tension nominale met en évidence un courant de fuite qui n'apparaissait pas au pont de mesure en mode alternatif pur.

Le problème de la démodulation AM a vite été réglé, son origine étant localisée autour d'un circuit Plessey. Un rapide test du transistor 2N2222 chargé de la gestion du gain a montré que celui était HS.

La recherche de l'origine du problème dans le filtre demi-octave a demandé un peu de réflexion, n'ayant aucun prolongateur de test et l'accès à la carte étant peu aisé. Le premier test a consisté à valider les fonctionnements des deux relais de commutation de la bande ne fonctionnant pas, et en priorité la continuïté de la bobine. La lecture de la résistance des deux bobines en parallèle des relais a permis de confirmer que l'une d'entres-elles était coupée: la résistance mesurée était le double de celle mesurée sur les bobines d'une gamme fonctionnelle. Le dessoudage et le test du relai le plus près de l'antenne a confirmé la coupure de sa bobine, un coup de chance car le problème aurait pu se situer sur l'autre relais, nécessitant un second dessoudage.



La récupération d'un relais sur la carte d'un amplificateur de puissance puisée dans mes stocks de pièces de rechange a permis de finaliser le dépannage, ce type de relais étant assez spécifique.

La réfection de certaines soudures qui, à l'oeil apparaissaient ne pas être correctes, semble avoir résolu le problème de fonctionnement du clavier. Le multiplexage de celui-ci avait été vérifié auparavant par l'observation des signaux à l'oscilloscope.